Communiquer grâce à l’émotionnel

La conscience ne se réduit pas aux facultés cognitives. La personne présentant des troubles cognitivo-mnésiques est sensible à son environnement jusqu’à la fin de sa vie même si elle ne peut plus forcément communiquer. L’absence d’extériorisation ne doit pas vous tromper. Elle reste cette personne-là avec son identité. En témoignent, les quelques mots ou phrases signifiantes qui surgissent alors qu’elle ne parlait plus, ses traits de personnalité, ses états émotionnels et corporels qui s’expriment à travers des comportements, sa manière de ressentir les soins, la musique, la douceur, comme personne d’autre. De nombreux proches témoignent qu’il est possible d’aimer la substance de l’âme d’une personne même si ses qualités n’apparaissent plus à l’extérieur.

« Ils (les proches) sentent et perçoivent justement, même dans le silence et l’immobilité, qu’elle est toujours là, très fragile lueur, vie interne, mystérieuse, unique, qui habite la personne comme les rêves habitent le dormeur ».

Pellissier, 2010.

Les capacités de votre proche à identifier et à reconnaître les personnes connues sont troublées. Toutefois, même s’il ne lui est parfois pas possible de mémoriser cognitivement une personne, il mémorise une empreinte affective. Par exemple, une femme qui évoque des souvenirs de sa vie de couple à son mari mais comme si elle parlait à quelqu’un d’autre. Il lui est donc possible de se souvenir, de reconnaître émotionnellement son mari, de se sentir affectivement familier avec lui, tout en ne l’identifiant pas cognitivement et/ou en ne l’exprimant pas d’une manière habituelle.

Appuyez-vous sur la mémoire émotionnelle de votre proche et vous pourrez profiter de sa présence avec tout le sens affectif que cela possède. Il en va de même lorsqu’un jour il ne vous reconnaîtra plus. Vous vous sentirez blessé, bouleversé, et c’est bien normal. Même si c’est difficile, gardez à l’esprit qu’il ne vous a pas oublié et qu’il ne vous rejette pas. A sa manière, il vous donnera des témoignages différents de tendresse et d’affection.

« Elle (la personne présentant un syndrome cognitivo-mnésique) ne peut que nous rejoindre, nous éprouver et nous « parler » affectivement, sensoriellement, comme un instrument de musique, au sein d’un orchestre, rejoint les autres et échange avec eux à travers le rythme, les accords et l’harmonie ».

Pellissier, 2010.

Rappelez-vous toutefois que percevoir l’autre pour le ressentir représente un effort important pour les personnes présentant des troubles cognitivo-mnésiques. Parfois des facteurs peuvent empêcher cette perception : trouble sensoriel, environnement sensoriellement perturbateur, douleur, préoccupation, trop grande fatigue qui ne permet plus d’avoir assez d’énergie pour exprimer son ressenti.