Diagnostic

Le diagnostic est la plupart du temps établi suite aux inquiétudes exprimées par l’entourage. Son annonce est très importante. L’absence de mise en mot vous confronte vous et votre proche à la frustration de ne pas comprendre ce qui se produit. Tout le monde vit avec les conséquences des troubles sans savoir de quoi il s’agit vraiment, se sentant perdu et impuissant, ce qui provoque souvent de l’angoisse et de la peur.

Le diagnostic représente certes un choc mais aussi la mise en mot d’une réalité ancienne et apparaît comme un soulagement après une longue période d’inquiétude. Tout à coup, certains faits que vous ne saviez pas relier et interpréter deviennent plus compréhensibles. L’annonce vous permet d’avoir accès à l’information, de mieux comprendre pour ne pas vous laisser déborder par des situations nouvelles et étranges, de construire des repères, d’anticiper les différents problèmes et souvent de vous aider à mieux accepter la situation.

Par ailleurs, plus votre proche malade reconnaît ses troubles et comprend rapidement ce qu’ils impliquent au quotidien, plus il pourra jouer un rôle actif dans l’organisation de sa vie actuelle et future, s’organiser avec ses proches, mobiliser son énergie dans les activités qui ont de l’importance pour lui, prendre certaines décisions délicates, comme par exemple désigner une personne de confiance pour s’occuper de ses affaires administratives et financières.

Toutefois, il est très important que vous soyez accompagné après l’annonce de ce diagnostic qui engendre un véritable choc émotionnel.

Vous vous sentez désormais plus proche de l’être cher et plus impliqué dans sa vie. Mais l’accompagnement va modifier votre vie quotidienne : cela n’est plus comme avant. Certains aspects des troubles sont bouleversants ou inquiétants pour vous mais ils sont également source d’humiliation pour la personne elle-même qui peut réagir de différentes manières : se trouver des excuses, nier tout problème rejetant la responsabilité sur vous ou essayer de cacher les conséquences de ses oublis dans le but de se rassurer et de sauver son amour-propre.

Il faut donc du temps pour réaliser ce qui arrive et souvent, la première réaction est celle du déni : les troubles sont dissimulés ou banalisés, mis sur le compte de l’âge. Le déni est une première réaction saine qui protège contre un choc trop grand le temps de permettre de pendre pied progressivement dans la réalité. La plupart du temps, vous le surmonterez et intérioriserez progressivement l’idée de la maladie. Passer cette étape est très importante car vous avez un rôle essentiel à jouer pour limiter les conséquences des troubles sur la vie quotidienne.